Archives mensuelles : août 2017

Canon dévoile enfin son nouvel objectif EF 85MM F / 1.4L IS USM !

Un article qui concerne complètement les photographes d’architecture et d’immobilier de luxe puisqu’il s’agit de vanter les mérites du dernier objectif de canon le EF 85MM F / 1.4L IS USM.

Tout d’abord voici le lien de Canon qui présente ce très joli caillou à un super prix par rapport au 85mm 1.2 que j’utilise et je vais vous expliquer pourquoi Canon signe-là un véritable coup de maître, même si je ne l’ai pas encore testé ! Explication.

Et voici le lien web de la bête ! 
https://www.canon.fr/lenses/ef-85mm-f-1-4-l-is-usm-lens/

Vous le savez, j’utilise au quotidien le Canon 85 mm 1.2, je l’adore littéralement ! Je m’en sers pour les photos immobilières de détails et pour tous mes portraits. Cependant, il a un seul défaut : il n’est pas stabilisé ! Cela peut poser un problème quand vous voulez saisir un instant furtif et unique. Comme je travaille surtout sur trépied pour le portrait, ce n’est pas vraiment un souci mais à main levée j’avoue qu’il faut se mettre en mode rafale (3 photos successives) pour assurer la netteté sur les yeux afin de ne pas rater le portrait. Si vous avez un peu d’expérience, vous augmenterez un peu les ISO de votre boîtier (à condition que celui-ci soit un plein format à cause du bruit généré) ce qui aura pour conséquence de rendre la vitesse encore plus rapide et donc de mieux figer le mouvement. Avec une telle optique aussi lumineuse, si vous ouvrez entre 2.0 et 2.8, théoriquement vous n’aurez aucun problème de netteté. 

Mais c’était sans compter l’ingéniosité des études d’opinions faites par l’équipe Canon ! Lorsque j’ai acheté le 85mm 1.2, il était commercialisé à 2200€ TTC si ma mémoire est bonne, mémoire qui doit différer de celle de ma femme qui gère les comptes à la maison et dont l’investissement me valut toute la plus grande diplomatie dont j’étais capable pour lui assurer que j’avais besoin de ce petit bijou censé me propulser au firmament de la photographie !

ASTUCE DE PRO : Quand vous débutez et que vous n’avez toujours pas fait vos preuves, je vous conseille de commencer plutôt à vous former à la psychologie et tenter de convaincre votre moitié sur le bien fondé de tels investissements plutôt qu’à la photo. Là dépendra votre avenir en tant que photographe ! 🙂

Vous l’aurez compris, l’investissement dans du matériel photo est toujours source de réflexions mûrement réfléchies. Pour les plus chanceux d’entre nous, ce n’est pas un problème. Pour d’autres, vous n’aurez pas droit à l’erreur…

Aujourd’hui, même si le tarif du 85mm 1.2 a baissé (vous pourrez le trouver à 1740€ TTC sur AMAZON 1740€ TTC sur AMAZON j’ai actualisé ma page de matériel photo, vous pourrez retrouver tous les tarifs en vigueur à ce jour) l’optique reste chère, même si elle est exceptionnelle. Le gros problème c’est que pratiquement aucun photographe n’ouvre à 1.2 et commence à 1.6 pour obtenir un résultat très doux et professionnel. Or, c’est précisément ce que vous payez dans une optique pareille : l’ouverture extrême à 1.2 ! Donc, l’idée a été de créer une optique similaire mais plus accessible qui ouvre à 1.4 ce qui revient au même mais avec en plus une stabilisation 4 vitesses pour un prix de revient plus intéressant !

A vrai dire, on attendait un produit intermédiaire entre le 85mm 1.8 pour amateurs pas cher et le 85mm 1.2 pour les pros exigeants comme ici pour que vous compreniez bien où se situe l’enjeu :

Mais je parie que cette innovation de taille viendra supplanter le 85mm 1.2 car peu de photographes ouvrent à 1.2 et sans stabilisation, cela ne vaut plus le coup d’investir autant dans une telle optique devenue désuète de fait.

Pour revenir au 85mm 1.2, si très peu de photographes ouvrent à 1.2, il est vrai que l’on peut faire des merveilles avec cette optique en ouvrant à une telle ouverture. Florilège de photos sympas et résolument différentes de tout ce que l’on peut voir en archi :

Là j’ai voulu suggérer, surprendre en ouvrant à 1.2

Là j’ai voulu également donner une impression d’eau veloutée plutôt que de montrer une piscine comme on en voit tout le temps. L’esprit est là mais on montre non pas du flou mais l’impression de bleu limpide, c’est une sorte de photo impressionniste.

Amusez-vous avec l’ouverture extrême. On suppose qu’il s’agit d’un garde-corps en verre en le devinant et non en le montrant, là est tout l’attrait du 85mm et de la photo.

Changez l’angle de vue et l’endroit de la mise au point. Montrez ce que vous voulez bien montrer. C’est ça être photographe. Parfois, c’est réussi et d’autres non peu importe. Amusez-vous !

Montrez le cuir d’une boîte à bijoux dans une chambre de Maître en la suggérant.

Jouez avec les formes géométriques floutées : effet garanti !

Rien n’est plus “inphotographiable” que des interrupteurs, sauf avec le 85mm 1.2 de Canon !

Mettez l’accent sur la texture d’un joli coussin en ouvrant à 1.2.

Passez-donc au noir et blanc légèrement coloré d’un brun chaleureux pour mettre en valeur grâce à la mise au point et à l’ouverture, une marque prestigieuse de mobilier de luxe.

Ajoutez du bruit numérique qui imite la photo argentique pour montrer, dans un style design, ces luminaires de luxe…

…Et enchaînez avec un angle différent, un autre traitement de couleurs chaleureuses. Surprenez !
A-MU-SEZ-VOUS !! Prenez du plaisir à photographier !

Et pour le portrait, très rares sont les photographes qui ouvrent à une telle ouverture. C’est le cas de la très talentueuse portraitiste d’art Irène Rudnyk. Elle n’ouvre exclusivement qu’à 1.2 ! Et ça donne ça, avouez que c’est vraiment exceptionnel tout ce que l’on peut faire avec le 85mm 1.2 de Canon :

Je vous laisse imaginer ce que donnera le 85mm 1.4 avec stabilisation ! Sortie prévue en novembre 2017.

A suivre…

 

Vanessa Fouillet, soprano, portrait N°2

Voici le portrait de Vanessa Fouillet, Artiste lyrique. Il s’agit de sa deuxième tenue qui conviendrait pour des photos officielles.

Boîtier : 5dMark III – Objectif : Canon EF 85mm f/1.2L II USM
Vitesse : 1/125s. – Ouverture : f/2.8 – Iso : 100 – Le 26 juillet 2017 à 14h07

6 spots Fresnel Cinéma (3 spots 300W pour les cheveux et 3 spots pour le visage, le fond et lumière d’ambiance) + 2 réflecteurs semi-dorés
Maquillage et coiffure : Yves Rocher

Vanessa Fouillet soprano

Vanessa Fouillet soprano

La photo aérienne par drone dans la photographie immobilière de luxe et l’importance de raconter une histoire photographique dans un reportage

J’espère que vous avez passé d’excellentes vacances !
Pour cet article de rentrée je vous propose d’aborder le thème de la photo aérienne par drone et son importance grandissante dans l’immobilier de luxe. Plus bas je vous donnerai mes secrets pour raconter une belle histoire photographique.

Vous le savez, j’ai participé activement à la création de visuels impactants pour la villa de luxe Revère située quelque part sur la Côte d’Azur. L’avantage d’un tel projet est de pouvoir contribuer à sa conception par le biais de créations de visuels en 3d et des photos immobilières lorsque le bien est finalisé et rénové.

Pour ma part, j’ai créé une visite virtuelle en 3d alors que la villa n’était pas encore terminée, avec mon partenaire concepteur-3d. Ensuite, j’ai réalisé des reportages photo complets à différents avancements du projet, une visite virtuelle photographique où j’ai tout conçu ainsi qu’un site internet complet sous WordPress.

Ce sont autant de compétences qu’il faudra acquérir avec le temps. Elles cimentent à la fois votre réputation, votre notoriété et certainement votre autorité et donc votre légitimité. Mais avant il vous faudra apprendre et expérimenter les méthodes. Le blog sur la photographie immobilière de luxe est fait pour ça ! 🙂

Pour compléter ce panel de casquettes à avoir si vous voulez pérenniser votre affaire de photographe de luxe (d’aucuns préfèrent déléguer et donc sous-traiter certaines de ces compétences pour se concentrer sur leur expertise photo et nous verrons dans un prochain article, les avantages et inconvénients de ces stratégies) nous arrivons tout naturellement à la photo aérienne par drone.

Tout d’abord, voici quelques visuels de la villa réalisés en fin de journée au drone DJI Mavic pro dernière génération par mon partenaire et ami droniste, je suis intervenu comme toujours sur l’assistance lors du shooting (cadrage, choix des ouvertures et vitesse), la direction artistique (les angles de vue) et la post-production de fichiers bruts :

Il fallait mettre en valeur les éclairages nocturnes de la villa disséminés à différents endroits du jardin de manière à l’identifier comme une villa à la fois confortable mais aussi “verte” grâce aux nombreuses espèces végétales choisies dans le projet. Tous les leds sont de très basse consommation et réglables en intensité grâce à un variateur ! La classe.


Admirez la vue nocturne sur le village d’Eze à l’heure bleue et le toit végétalisé de la villa ainsi que sa piscine couleur lagon

Les photos au mât télescopique :

A noter que je m’étais rendu sur le lieu avant mon droniste car le propriétaire et l’architecte avaient besoin de visuels au mât télescopique en fin d’après-midi pour présenter officiellement la villa aux agences immobilières de luxe chargées de la vendre. Ils voulaient également des photos de la chambre de Maître avec une lumière de fin d’après-midi (voir plus bas) J’ai donc pris mon mât et j’ai commencé à shooter la villa depuis le point latéral près de la piscine :

Ici nous sommes à 5m de hauteur environ avec le Canon 17mm TSE à décentrement piloté via mon Ipad par le Cam ranger
Vitesse obturation : 1/50s. – Ouverture : F/11 –  Iso : 100 – Le 31/07/2017 à 16h27

Ici nous sommes à 6,5m de hauteur (maximum) avec le Canon 17mm TSE à décentrement.
Panorama de 3 photos assemblées sur Photoshop via Ligtroom CC
Vitesse obturation : 1/60s. – Ouverture : F/11 –  Iso : 100 – Le 31/07/2017 à 17h33

La chambre de Maître :

Raconter une histoire photographique :

Ah, enfin la partie artistique et créative ! 🙂 On ne me l’avait pas vraiment demandé mais j’ai décidé de raconter une histoire, en attendant le RV avec le droniste censé arriver peu avant l’heure bleue (grâce à l’appli Sunsurveyor j’ai pu déterminer avec précision l’heure du shooting idéal en soirée et lui donner un RV en conséquence : voir cet article où j’explique son fonctionnement =>)

C’est, selon moi, ce qui fait la différence entre le photographe amateur qui “cachetonne” et le professionnel soucieux de sa qualité de travail : raconter une histoire du lieu, tenter de retranscrire son âme. Vaste programme ! Mais alors comment faire ? Par où commencer ? Je connais bien la villa, je m’y sens bien, elle m’inspire. Vous conviendrez qu’il y a pire comme conditions de travail ! 🙂 Il faut dire que le propriétaire ainsi que l’architecte sont des professionnels passionnés par ce qu’ils font, ils veulent créer le meilleur produit où tout est pensé, mesuré, sous-pesé. Tout est fait pour le confort du futur propriétaire, de la domotique jusqu’à l’éclairage intérieur et extérieur, en passant par les économies d’énergie et l’intégration de la villa dans un milieu naturel. Dans un tel contexte, avec de si belles énergies positives, il ne m’est donc pas bien difficile de trouver l’inspiration ! 

Conseil de pro : il faut d’abord s’inspirer avant de croire que l’on pourrait photographier, c’est un peu comme un moteur de Ferrari : vous aurez beau avoir toute la puissance à votre portée de main, la meilleure technologie du moment, sans carburant le bolide ne démarrera pas ! L’inspiration n’est donc pas le moteur mais le carburant. Sans carburant, vous serez au point mort, peu importe la puissance de votre bolide ! 😉

Aussi, j’ai décidé d’aller me balader dans le jardin en fin d’après-midi afin de capturer de belles lumières avec des jeux d’ombres sur les espèces végétales, les allées, les plantes, la vue sur la mer, le village d’Eze. Mon but était de créer des triptyques artistiques pour montrer le lieu mais selon mon propre ressenti personnel, de les contextualiser dans un ensemble cohérent dans un environnement de charme et de douceur qui aura été pensé et conceptualisé. 

Les triptyques artistiques :

Voici quelques triptyques artistiques où j’ai assemblé quelques photos de détails prises au 85mm de Canon de part et d’autre des vues choisies au drone mais aussi à partir de certaines de mes photos :

J’avais pris soin de revenir dans mon studio de travail avec pas mal de “matière photographique naturelle” de manière à pouvoir choisir certaines photos pour les triptyques. Il est rare de conserver ces photos et qu’elles parlent d’elles-mêmes, je les couple quasi systématiquement avec d’autres photos.

Exemples de photos de détails qui peuvent être exploitées seules mais aussi servir à des triptyques artistiques :

Notez évidemment mon intention  délibérée de capturer cet instant furtif du passage du yacht dans le garde-corps en verre. En une fraction de seconde, j’ai intégré l’idée de sport nautique à la villa, un lieu unique au milieu de la Méditerranée et surtout, sur la French-Riviera, tout comme le bateau qui semble demeurer seul dans cette immensité bleue ! C’est ça raconter une histoire. On peut associer plusieurs émotions, sentiments et messages pour qu’ils se fondent les uns aux autres.

Comprendre l’harmonie des couleurs pour réussir ses photos à coup sûr !

Vous devez comprendre pourquoi une photo “fonctionne” d’un point de vue des couleurs. Ici, la photo plus haut nous montre que le bleu est la couleur complémentaire du jaune/orangé. Dame Nature ayant bien fait les choses, elle nous livre des couleurs somptueuses et naturelles qu’il faut savoir exploiter et comprendre en tant que photographe. Nous travaillons sur la couleur, celle-ci doit être théorisée et intégrée dans votre démarche artistique.

Voilà la preuve que si vous shootez en plein milieu de l’après-midi vous n’obtiendrez jamais une HARMONIE des couleurs que l’oeil humain perçoit comme authentiquement belle puisqu’elle fait partie de la Nature.

La palette de l’excellent site en ligne Paletton.com nous le confirme :

Une fois que vous avez compris les dominantes de couleurs liées aux couleurs naturelles, il vous suffira de les accentuer et de les saturer un peu pour que la “lecture” de l’image soit plus évidente comme dans l’image retouchée plus bas :

Et voici la même photo en RAW brut ! Les couleurs sont ternes et le débutant ne saurait pas quoi en retirer, il ne garderait que ce qui rend naturellement beau par l’appareil. Le pro lui comprend l’importance de la compréhension des couleurs dans le processus de post-production. Il l’exploite pour révéler et sublimer la beauté de l’harmonie des couleurs.

D’autres photos ne peuvent pas forcément parler d’elles-mêmes et je les prends uniquement pour étayer certaines compositions. Parfois, je reviens avec beaucoup de photos inutiles comme dans les exemples ci-dessous mais peu importe, l’essentiel est de pouvoir retranscrire fidèlement les émotions ressenties lors du shooting. Ce n’est jamais vraiment inutile car j’ai devant mes yeux des trésors de beauté naturelle qui peuvent m’inspirer et me donner d’autres idées :

Photo non retenue mais utile à mon inspiration. A noter que le Canon 85mm me permet d’ouvrir à f/1.2 pour donner des flous magiques aux photos.

Photo non retenue mais utile à mon inspiration. J’avais trouvé que le reflet naturellement flouté du village d’Eze sur la vitre de la fenêtre couplé au flou du lit car j’ai fait la mise au point sur le village, était intéressant et exploitable. Malheureusement ce ne fut pas le cas une fois rentré à la maison mais cela reste une de mes photos préférées de ce reportage même si je ne peux la livrer car elle serait contre-productive dans l’objectif qui est le mien de “vendre” ce bien efficacement.

C’est la photo typique utile aux triptyques artistiques. Je vais pouvoir l’exploiter dans le triptyque grâce à ses couleurs évidemment mais aussi à la diagonale du coin gauche du bas vers le coin droit en haut. De fait, c’est une photo que je réserve de préférence pour la photo de gauche mais je ne m’en fais pas une règle absolue, je laisse une grande place à ma créativité.

Tout comme celle-ci avec un traitement croisé particulier cohérent avec les couleurs chatoyantes de la fin d’après-midi d’été

Allez, encore un exemple pour bien vous faire comprendre la technique de l’harmonisation des couleurs en fonction de ce que vous offre la Nature sous vos yeux. Regardez par exemple pourquoi un champ de lavande sera TOUJOURS harmonieux avec de belles étendues d’essences aux couleurs jaunes/vertes saturées. Passons en revue les deux couleurs principales de la photo du haut :

Revenons sur Paletton.com et analysons :

On voit que la couleur violine se compose de la moitié de rouge et de bleu, il tire donc vers le rouge. La partie parfaitement opposée à cette couleur est la COMPLEMENTAIRE elle est donc naturellement harmonieuse. On le voit clairement sur Paletton, la complémentaire est composée de presque exactement de jaune et de vert pur

Exemple concret :

Suivez-moi bien, en partant de ce principe de la bonne compréhension de l’harmonie des couleurs on peut partir d’une photo intéressante d’un point de vue de la composition mais non optimisée au niveau des couleurs complémentaires. Ici, j’ai une dominante de couleur verte évidente. Il me manque naturellement la complémentaire violine car il était encore un peu tôt pour l’obtenir naturellement.

Tout l’art de la post-production est de la recréer subtilement sur Lightroom CC en passant par la partie “Virage partiel”. Concrètement, qu’est-ce- que je cherche à faire ? J’accentue le vert dans les parties les plus éclairées de l’image et JE RAJOUTE du violine dans les ombres !

Et voici l’image finale retouchée qui reste cohérente avec ce que je cherche à créer :

Et voilà ! C’est subtil mais terriblement efficace ! Vous aurez peut-être remarqué que j’ai enlevé sur Photoshop le robinet au loin car j’ai jugé qu’il modifiait la lecture de ma photo.

L’avantage avec cette technique d’harmonisation des couleurs est de pouvoir assembler plusieurs photos dont le “code couleurs” ne semble pas très éloigné comme ici : 

Avec une variante pour montrer une ambiance nature dans un jardin verdoyant, riche de parfums de Provence sur la Côte d’Azur comme plus bas. 

Et plus bas, les ombres de ce chemin légèrement rendues violines par ce procédé. C’est une question de dosage et de curseur, vous l’aurez compris. N’allez pas très loin dans la saturation sauf si vous cherchez à faire du Ramelli pour plus d’impact des photos. Dans le luxe, il faut saturer les couleurs vertes et bleues mais sans aller vers Serge Ramelli, ce serait mal compris par les codes du luxe.

Là je me suis concentré sur le message de l’image de la chambre de Maître. En accentuant volontairement les ombres de la chambre dans un bleu violine j’ai INDUIT subtilement par une démarche artistique cohérente (on appelle cela un parti-pris artistique qu’il faut savoir ARGUMENTER et surtout ASSUMER) que les senteurs de la lavande, la douceur de la lumière d’été et de la végétation verdoyante allaient pénétrer dans la chambre, comme si le violine allait refléter magiquement sur les draps blancs du lit et de la tête de lit magnifique.

Varier les mises au point :

Mon expérience m’a appris à ne jamais se contenter d’un seul et même endroit de mise au point. En effet, sur place, la mise au point sur un endroit précis peut se révéler flatteuse. Arrivé à la maison, la photo “se trouvait” quelques centimètres plus près ou plus loin. Si vous n’avez pas pensé à varier les mises au point, la photo est fichue et vous n’aurez certainement plus le loisir de revenir ! Shootez et shootez encore même si vous revenez avec des photos inutiles.

Dans cet exemple, la mise au point “instinctive” est sur village d’Eze à f/1.2 depuis le salon avec la vitre de la fenêtre fermée pour conserver les petits reflets et adoucir l’image. Coup d’éclat garanti ! 

Conseil de pro : faites la mise au point sur un endroit éclairé, l’oeil est naturellement attiré vers un endroit plus éclairé qu’un autre. Ainsi, vous aurez une double efficacité : vous aurez suggéré de diriger le regard vers un point précis que vous jugez intéressant grâce à la mise au point mais en plus, l’oeil sera attiré par la partie la plus éclairée : succès total de votre mise au point ! Vérifiez TOUJOURS à une parfaite netteté. Si vous avez un doute, reshootez.

Mais, parfois, il vous suffit de changer la mise au point sur le premier plan, en l’occurrence la petite table basse de la terrasse et vous obtenez un autre message photographique.

En mettant l’accent sur l’espace détente, vous SUGGEREZ que d’où vous vous situez, vous serez dans un état de quiétude extrême tout en soulignant le mobilier design vendu avec ! 🙂 Le message change donc suivant l’endroit de mise au point que vous aurez choisi. De plus, en choisissant délibérément le mode paysage et non le mode portrait pourtant parfait pour les photos de triptyques, vous faîtes exister votre photo comme une véritable photo de présentation. Allez pour être perfectionniste, il manque certainement deux sodas frais avec pailles et rondelles de citron (ou peut-être du Champagne) mais je n’en avais pas sous la main puisque mon shooting était improvisé en attendant le droniste.

Un dernier exemple de photo de détails qui semble inutilisable seule, et c’est probablement vrai, sauf peut-être pour montrer la qualité de finition du mobilier très haut-de-gamme, mais assemblée en triptyques elle prend tout son sens et devient fort intéressante pour la compo :

Ici, le lustre ne présente pas beaucoup d’intérêt d’un point de vue purement photographique. J’ai appliqué la même technique de virage partiel car la destination finale de ce fichier est le triptyque ci-dessous. 

Observez la couleur bleue du ciel que j’ai réutilisée dans les ombres via le virage partiel, à la fois pour la photo centrale mais aussi pour la plafond du salon où se trouve le lustre. Nous obtenons ainsi une cohérence parfaite des couleurs mais aussi de la composition.

Remarquez que je n’ai pas disposé la photo du lustre telle quelle, j’ai coupé le lustre d’1/3 pour conférer à l’ensemble un côté design qui joue sur les lignes droites et les rondeurs (table et lustre) le tout bien sûr dans une recherche de flous artistiques intéressants.

Enfin, pour clôturer ce long article, je ne résiste pas à l’idée de vous montrer une photo de la vue sur le village d’Eze à l’heure bleue ! Quel beau métier n’est-ce pas ? Je vous souhaite un jour d’aller shooter un lieu exceptionnel comme celui-ci, et à des heures magiques…